• J'veux vife acor (Ste-Magrite)

    Air : La maladie d’amour (M. Sardou)

    (Refrain) 

         Au s’cours, au s’cours,

         J’décatis d’jour in jour !

         Je n’pins’ pos que j’vas cor

         Ténir lommint malgré m’z’efforts !

         Ej tranne et j’peine,

         Tout d’suite à bout d’haleine

         Quand l’vint qui vient du nord

         I souffièle à pus d’huit Beaufort…

    1.  Ch’est mi l’prumièr’ de l’ville quand on arrif’ de France,

         Veillant su l’Porte d’Lill’ du héaut de m’noir clothier ;

         J’in ai vu des bonheurs, des misèr’s, des souffrances,

         Serré’ queont’ les maseons modestes de m’quartier !

         Au s’cours, au s’cours,

         Mes visins dins leu cour

         Ch’t’à pein’ s’i z’oss’tent acor

         Laicher l’z’infants jeuer dehors :

         Ein’ pierr’ peut caire, 
         I-a d’z’arpes dins m’nochère

         Et m’teot qui-a té perché

         On n’est pos là de l’rimplacher !

    2.  J’ai vu nos balotils quatorze heures à l’ouvrache

         Et su l’Plain’ d’à côté nos vaillants P’tits Chasseurs ;

         Ch’teot m’Dieu d’vir arriver l’matin, rimplis d’corache,

         Avec leu carnassièr’, les élèf’s des Beonnes Sœurs…

         Au s’cours, au s’cours,

         Mes viellés cloqu’s dins m’tour

         Veul’tent seonner acor

         Pou les vivants et pou les morts :

         Pou les baptêmes,

         Pou s’unir quand on s’aime

         Et puis pou s’dire à r’voir

         In wardant ein’ lueur d’espoir !

         Au s’cours, au s’cours,

         Mes viellés cloqu’s dins m’tour

         Veul’tent seonner acor

         Pou les vivants et pou les morts :

         Pou les baptêmes,

         Pou s’unir quand on s’aime

         Et puis pou s’dire à r’voir

         In wardant ein’ lueur d’espoir !

         Ch’est mi l’prumièr’ de l’ville quand on arrif’ de France,

         Avec em campanil’ qui m’coiff’ comme ein bonnet…

                                                        Avril 2010